Filtres
i
Filtrer par lieu
Grand Montréal
Grand Montréal
Filtrer par catégorie
Choisir une catégorie
Filtrer par date
Montrer seulement
Mes favoris
Filtres
i
Filtrer par lieu
Grand Montréal
Grand Montréal
Filtres
i
{"title":"Topographie\/Topologie | Art Public Montr\u00e9al","thisUrl":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/oeuvre\/topographietopologie\/","body_class":"apm_artwork-template-default single single-apm_artwork postid-54278 apm lang-fr apm-full-js nav-env-filters","query_hud":null,"active_filter":null,"alternate_language_url":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/en\/oeuvre\/topographietopologie-topographytopology\/","clear_filter_collection":0,"clear_filter_tour":"clear","data_attributes":{"data-view-type":"apm_artwork"},"filter_root_url":"\/collection\/","artworkNav":false,"mapMarkers":[{"id":54278,"slug":"topographietopologie","title":"Topographie\/Topologie","permalink":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/oeuvre\/topographietopologie\/","year":"1980","loc":{"lat":"45.50915709189143","long":"-73.6133685708046"},"artist_names":"<span>Pierre<\/span> <strong>Granche<\/strong>","thumb":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/wp-content\/uploads\/2015\/09\/UdeM_Granche_Topo-150x150.jpg","infoBox":false,"cat_color":"#e50f09","env":"outdoor","singleArtwork":true}]}
Topographie/Topologie
1980
Pierre Granche
1948 - 1997

Pierre Granche reçoit son diplôme de l’École des beaux-arts de Montréal en 1969 où il a commencé à créer des sculptures avec différents métaux et, après ses études, il apprend de nouvelles techniques de soudage. En 1976, il fait des études supérieures en sculpture à l’Université de Vincennes à Paris.

Pierre Granche a choisi l’installation comme pratique sculpturale que ce soit pour l’art public ou pour les lieux d’exposition. L’artiste renouvelle les codes de la pratique artistique au Québec en élargissant la notion d’artiste, d’œuvre d’art et de lieu d’exposition. L’artiste s’intéresse très tôt aux notions de l’organisation spatiale, à la topologie structurale et à la topographie. Il envisage l’art pratiquement comme une science, où la recherche est un élément fondamental et intrinsèque. La recherche formelle sera pour lui la source de son inspiration. Granche est de ceux qui, parmi les artistes intéressés par l’art et la ville, sont demeurés conscients du caractère perpétuellement changeant du paysage urbain.

L’apport de l’artiste à l’intégration de l’art à l’architecture au Québec est fondamental. Il participe aux séances d’études du Comité de la politique d’intégration au ministère des Travaux publics et de l’Approvisionnement et siège comme spécialiste aux comités de sélection des projets. Au cours de sa brève carrière, Pierre Granche a réalisé plus d’une centaine d’œuvres intégrées à l’architecture, à la nature ou encore, d’une manière éphémère, à un lieu d’exposition. Il est aussi l’auteur d’une vingtaine d’œuvres d’art public. On lui doit entre autres le Mémorial du Canada à Green Park, à Londres.

Professeur à l’Université de Montréal de 1975 jusqu’à sa mort en 1997, Granche a participé à la fondation de la section des arts plastiques au Département d’histoire de l’art. Pour Granche, l’apprentissage se fait par des projets concrets. Pour la réalisation de commandes publiques ou d’installations muséales d’envergure, il intègre des étudiants en reprenant d’une manière moderne, le fonctionnement des grands ateliers de la Renaissance ou du Bauhaus.

Lire la suite
Détails
Catégorie
Sculpture
Propriétaire
Université de Montreal
Mode d'acquisition
Concours
Matériaux
béton, bois, gazon, pierre
Dimensions générales
400 x 260 x 40 cm
Technique(s)
coulé
Lien externe
Emplacement
Emplacement
Arrondissement ou ville liée
Outremont
Emplacement
Centre d'éducation physique et des sports (CEPSUM)
Localisation
Devant la façade nord
Adresse
2100, boul. Édouard-Montpetit, Montréal, QC H3T 1J4

Description de l'oeuvre

La section de gauche est une pyramide tronquée. Pierre Granche a très souvent utilisé la forme pyramidale. Dans l’art précolombien, la pyramide tronquée est un symbole de la montagne et de la relation terre-ciel. L’artiste fait référence au Mont Royal derrière les bâtiments. Cette pyramide tronquée est divisée en étoile, en huit parties égales. Entre les parties, la terre et le gazon sont en continuité avec les surfaces environnantes.
La deuxième section est constituée de 8 éléments dans un tracé en diagonale de 45 pieds de long et dans un angle de 45º par rapport au trottoir. C’est comme un escalier à huit marches qui graduent d’un pied à la fois. Les chiffres gravés sur les blocs de béton donnent pour chacun le niveau d’élévation par rapport au niveau de la mer, en pieds.
La troisième partie, à droite, est constituée elle aussi de huit éléments de très grande taille qui sont projetés dans l’espace, dans une sorte de désordre organisé. L’artiste l’a décrite comme « articulation-désarticulation conceptuelle de la pyramide tronquée ».
La sculpture résulte du dialogue entre la configuration du lieu (la topographie), les propriétés du lieu (la topologie), le bâtiment et son usage. Pierre Granche utilise les matériaux du site : béton, bois, gazon, pierre. Forme récurrente dans sa pratique artistique, la pyramide tronquée est ici déconstruite. Elle renvoie à la géométrie, mais aussi à l’une de ses significations symboliques : celle de l’apprentissage et de la transformation des êtres.