Filtres
i
Filtrer par lieu
Grand Montréal
Grand Montréal
Filtrer par catégorie
Choisir une catégorie
Filtrer par date
Montrer seulement
Mes favoris
Filtres
i
Filtrer par lieu
Grand Montréal
Grand Montréal
Filtres
i
{"title":"La Joute | Art Public Montr\u00e9al","thisUrl":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/oeuvre\/la-joute\/","body_class":"apm_artwork-template-default single single-apm_artwork postid-51989 apm lang-fr apm-full-js nav-env-filters","query_hud":null,"active_filter":null,"alternate_language_url":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/en\/oeuvre\/la-joute\/","clear_filter_collection":0,"clear_filter_tour":"clear","data_attributes":{"data-view-type":"apm_artwork"},"filter_root_url":"\/collection\/","artworkNav":false,"mapMarkers":[{"id":51989,"slug":"la-joute","title":"La Joute","permalink":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/oeuvre\/la-joute\/","year":"1970","loc":{"lat":"45.50352905051006","long":"-73.56156170368195"},"artist_names":"<span>Jean-Paul<\/span> <strong>Riopelle<\/strong>","thumb":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/wp-content\/uploads\/2015\/09\/MACM_Riopelle_1-150x150.jpg","infoBox":false,"cat_color":"#e50f09","env":"outdoor","singleArtwork":true}]}
La Joute
1970
Jean-Paul Riopelle
1923 - 2002

Né à Montréal en 1923, Jean-Paul Riopelle étudie à l’École Polytechnique (1941) et à l’École des beaux-arts de Montréal (1942-1944). À cette époque, il fréquente l’atelier de Paul-Émile Borduas et se joint au groupe des Automatistes avec qui il signe le manifeste « Refus global » en 1948. Après la Deuxième-Guerre mondiale, il s’installe en France où il fréquente brièvement des membres du mouvement surréaliste et d’autres artistes et  intellectuels de l’avant-garde. Informé de ces expériences, Riopelle développe un langage visuel unique basé sur le geste spontané et sur la répétition pour créer des oeuvres abstraites dans lesquelles les giclures de peinture se propagent en filaments colorés sur l’entièreté de la surface picturale.

Au début des années 1950, il accède à la maturité artistique en travaillant des empâtements de peinture appliquée directement à partir du tube puis formée au couteau dans un mode « all-over » qui suggère des parallèles avec l’expressionnisme abstrait. Créant ainsi des peintures à grande échelle qui incorporent de captivants contrastes et d’intéressantes textures dans des compositions qui rappellent des mosaïques, Riopelle acquière rapidement  la notoriété internationale. Dès la fin des années 1960, il passe plus de temps au Canada pour graduellement revenir s’installer au Québec. Les années 1970 et 1980 sont marquées par le retour de formes représentatives souvent inspirées du thème animalier, ainsi que par  l’adoption d’une nouvelle technique à l’aérosol et au pochoir.

Jean-Paul Riopelle est sans contredit l’un des artistes les plus importants de l’art contemporain canadien, s’étant distingué tant parmi ses contemporains qu’au niveau historique. Il a reçu une mention honorable au Guggenheim International Award en 1958, a participé à la Biennale de Venise (1952, 1954, 1962) et à la Biennale de São Paulo (1955). Des expositions monographiques importantes de son travail ont été présentées au Kölnischer Kunstverein à Cologne en 1958, à la Galerie nationale du Canada (aujourd’hui le Musée des beaux-arts du Canada) en 1963 et au Musée du Québec en 1967. En 1982, le Musée d’art contemporain de Montréal accueillait l’exposition « Jean-Paul Riopelle : peintures 1946-1977 », événement organisé par le Centre Georges Pompidou à Paris et par le Musée national des beaux-arts du Québec. En 1991, c’était au tour du Musée des beaux-arts de Montréal d’organiser une grande rétrospective de l’œuvre de l’artiste, laquelle fut ensuite présentée au Musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg. Au courant de sa carrière, Riopelle a aussi reçu plusieurs doctorats « honoris causa » qui lui ont été remis, notamment, par l’Université du Manitoba (1972) et par l’Université McGill (1968). Il a été élu Compagnon de l’Ordre du Canada en 1969 et a remporté le prestigieux Prix Paul-Émile Borduas (1981) ainsi que le Grand Prix de la Ville de Paris (1985). L’artiste est décédé le 12 mars 2002 à l’Île-aux-Grues au Québec, à l’âge de 78 ans.

Lire la suite
Détails
Catégorie
Sculpture
Mode d'acquisition
Don
Mention de la source
Don collectif des docteurs Michel Bovo, Champlain Charest, Simon Charlebois, Hubert Grégoire, Michel Lafortune, André G. Légaré, Henri Martin, Halim Mheir, Pierre C. Millette, Alexis Pagacz, Claude Vallée
Matériaux
bronze
Dimensions générales
3.8 m (hauteur) x 12.40 m (diamètre)
Technique(s)
coulé
Emplacement
Emplacement
Arrondissement ou ville liée
Ville-Marie
Emplacement
Quartier international de Montréal, Place Jean-Paul Riopelle
Accessibilité
Jeu de lumière, de brume et de feu, de mi-mai à mi-octobre | Durée : 35 minutes | Horaire : 17h30, 18h30, 19h30, 20h30, 21h30, 22h30
Parcours
Parcours
Parcours
À la rencontre du monde des affaires et des arts
  • 16 Oeuvres
  • 1h
  • Station de métro Place-d'Armes
  • Station de métro Square-Victoria-OACI

Commencer

Description de l'oeuvre

Unique sculpture-fontaine réalisée par Riopelle (1923–2002), La Joute, 1969 – 1970 (fonte 1974) est un ensemble sculptural qui s’impose dans le Quartier international de Montréal. D’abord installée au Parc olympique, à l’occasion des Jeux d’été de 1976, La Joute se déploie, depuis 2004, sur la place dédiée à l’artiste. Réunis autour de la « Tour de la Vie », les trente éléments en bronze représentent certaines des figures animales et mythiques qui ont marqué l’enfance et l’imaginaire du grand artiste, incluant l’Hibou, le Poisson, l’Ours et le Chien. Depuis sa réinstallation, l’œuvre comporte un cercle de feu, tel que l’avait imaginé Riopelle au départ. Le soir, de la mi-mai à la mi-octobre, les flammes s’élèvent dans un fabuleux jeu de brume et de lumière.