Filtres
i
Filtrer par lieu
Grand Montréal
Grand Montréal
Filtrer par catégorie
Choisir une catégorie
Filtrer par date
Montrer seulement
Mes favoris
Filtres
i
Filtrer par lieu
Grand Montréal
Grand Montréal
Filtres
i
{"title":"La r\u00e9paration | Art Public Montr\u00e9al","thisUrl":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/oeuvre\/la-reparation\/","body_class":"apm_artwork-template-default single single-apm_artwork postid-49942 apm lang-fr apm-imported-item apm-full-js nav-env-filters","query_hud":null,"active_filter":null,"alternate_language_url":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/en\/oeuvre\/la-reparation\/","clear_filter_collection":0,"clear_filter_tour":"clear","data_attributes":{"data-view-type":"apm_artwork"},"filter_root_url":"\/collection\/","artworkNav":false,"mapMarkers":[{"id":49942,"slug":"la-reparation","title":"La r\u00e9paration","permalink":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/oeuvre\/la-reparation\/","year":"1998","loc":{"lat":"45.534994","long":"-73.679998"},"artist_names":"<span>Francine<\/span> <strong>Lariv\u00e9e<\/strong>","thumb":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/wp-content\/uploads\/imported\/1711_5420-150x150.jpg","infoBox":false,"cat_color":"#e50f09","env":"outdoor","singleArtwork":true}]}
La réparation
1998
Francine Larivée

Francine Larivée est née à Montréal, où elle vit et travaille. Diplômée de l’École des beaux-arts de Montréal, elle détient un baccalauréat en histoire de l’art et une maîtrise en études des arts de l’Université du Québec à Montréal. Elle effectue une entrée remarquée dans le monde des arts visuels avec l’installation La Chambre nuptiale, en 1976. Il s’agit d’une œuvre traitant des rapports de couple, qui suscite énormément de débats dans le milieu artistique québécois à l’époque. Depuis lors, l’intérêt de Larivée pour l’art vivant a pris la voie du Land Art. Ses œuvres d’art public investissent les jardins et parcs publics, autant au Canada qu’à l’étranger. L’une de ses dernières réalisations est la sculpture Les liens (2011), installée devant l’entrée principale de l’hôpital Charles-LeMoyne, à Greenfield Park.

Lire la suite
Oeuvres
du même artiste
Détails
Catégorie
Installation
Propriétaire
Ville de Montréal
Mode d'acquisition
Concours par avis public
Matériaux
arbres, béton, granit, marbre
Dimensions générales
294 x 2500 cm
Technique(s)
taillé
Lien externe
Oeuvres
du même artiste
Emplacement
Emplacement
Arrondissement ou ville liée
Ahuntsic-Cartierville
Emplacement
Parc Marcelin-Wilson

Description de l'oeuvre

Ce monument représente une maison temple en marbre blanc, coupée en deux en son milieu. À l’intérieur du mince interstice, deux parois de granit rouge, disposées face à face, portent les noms des peuples victimes de génocide au XXe siècle. L’espace entre les deux parties est éclairé, symbolisant l’énergie de la guérison. La maison brisée repose sur cinq dormants représentant les cinq continents : une allégorie de notre responsabilité envers une humanité frappée à répétition par toute sorte de malheurs.

Geste commémoratif fort, La réparation contraint la mémoire et chasse de l’oubli les génocides du XXe siècle et leurs victimes. Le monument fait de cet espace public une place au cœur de la ville qui, au-delà de la douleur, de la perte et de la rancœur, propose le pardon et la paix, comme le dit son titre : le début de la réparation. Par ailleurs, Larivée a décidé d’aménager le site comme un ensemble de petits lieux de réflexion. Des sentiers, analogies de l’existence humaine dans ses mouvances et déportations, remontent les espaces temporels dans une lente ascension, qui nous conduit au sommet, où trône le temple blanc.