Filtres
i
Filtrer par lieu
Grand Montréal
Grand Montréal
Filtrer par catégorie
Choisir une catégorie
Filtrer par date
Montrer seulement
Mes favoris
Filtres
i
Filtrer par lieu
Grand Montréal
Grand Montréal
Filtres
i
{"title":"Non titr\u00e9 | Art Public Montr\u00e9al","thisUrl":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/oeuvre\/non-titre-52\/","body_class":"apm_artwork-template-default single single-apm_artwork postid-68803 apm lang-fr apm-full-js apm-layout-is-toggable apm-show-banner-filter nav-env-filters","query_hud":null,"active_filter":{"label":"deleted","values":"deleted","layout":"deleted","type":"deleted"},"alternate_language_url":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/en\/","clear_filter_collection":0,"clear_filter_tour":"clear","data_attributes":{"data-view-type":"apm_artwork"},"active_tour":null,"filter_root_url":"\/collection\/","artworkNav":false,"mapMarkers":[{"id":68803,"slug":"non-titre-52","title":"Non titr\u00e9","permalink":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/oeuvre\/non-titre-52\/","year":"1934","loc":{"lat":45.55238200000000148293111124075949192047119140625,"long":-73.5879910000000023728716769255697727203369140625},"artist_names":"<span>Alice<\/span> <strong>Nolin<\/strong>","thumb":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/wp-content\/uploads\/2020\/04\/Nolin-215-1-Centre-dint\u00e9gration-scolaire-photo-Danielle-Doucet-2018-150x150.jpg","infoBox":false,"cat_color":"#e50f09","env":"outdoor","singleArtwork":true}]}
Non titré
1934
Alice Nolin
1896 - 1967

Née à Sorel, Alice Nolin vit et travaille à Montréal. Elle est l’une des premières femmes sculpteures professionnelles reconnues au Québec. Elle étudie entre autres à l’École des beaux-arts de Montréal, y diplôme en 1932, et fréquente l’Académie Colarossi à Paris. Elle est surtout connue pour la réalisation de bas-reliefs, de bustes, dont ceux représentant le sculpteur Alfred Laliberté et l’intellectuel Édouard Montpetit, ainsi que du médaillon en bronze du politicien Louis-Hippolyte Lafontaine. De 1921 à 1935, elle participe à de nombreuses expositions collectives, dont plusieurs sont commentées par la presse montréalaise francophone et anglophone. Elle se consacre ensuite à l’enseignement, donnant des cours de dessin et de modelage à l’École d’arts et métiers au Monument-National et, de 1949 à 1962, à l’École des beaux-arts de Montréal. Ses œuvres sont conservées dans des collections d’institutions publiques québécoises réputées.

Lire la suite
Détails
Catégorie
bas-relief
Mode d'acquisition
Commande à l'artiste
Matériaux
pierre
Dimensions générales
(2) 1.14 x 2.64 m
Technique(s)
taillé
Emplacement
Emplacement
Arrondissement ou ville liée
Rosemont–La Petite-Patrie
Emplacement
Centre d'intégration scolaire
Localisation
Façade principale
Adresse
6361, 6ᵉ Avenue, Montréal, Qc H1Y 2R7
Accessibilité
En tout temps

Description de l'oeuvre

Deux bas-reliefs en pierre s’intègrent aux extrémités de la façade principale de l’école nommée Louis-Hébert à l’origine. Un bas-relief représente d’ailleurs Louis Hébert, le premier colon établi en 1617 en Nouvelle-France, qui sème en compagnie d’un jeune homme tenant une hache, et un autre, Marie Rollet son épouse, enseignante qui fait la lecture à deux enfants. Cadrées de manière académique par des motifs d’arbres locaux – des pins et des érables –, ces figures du passé réalisées par Alice Nolin sont des héros de l’histoire de la Nouvelle-France. En ce sens, la sculpteure les conçoit en « grandeur héroïque », écrit-elle. Ces représentations d’Hébert et de Rollet correspondent à la fonction commémorative traditionnelle de l’art public, qui valorise des personnages historiques comme ici ou des événements marquants. Comme toujours à l’époque, le choix du sujet d’une commande ne relève pas de l’artiste mais du commanditaire, soit la direction de la Commission des écoles catholiques de Montréal. Cette dernière fait ainsi cohabiter la dénomination de l’école Louis-Hébert et ses lettres en bronze la composant, avec les sculptures d’Hébert et de sa famille. Elle soutient par là un nationalisme canadien-français. La sélection de l’artiste est tributaire du réseau informel auquel elle participe, comme cela se passe alors, son père Joseph Nolin, un professionnel reconnu en dentisterie, étant à ce moment commissaire à la commission scolaire.
Outre ce poids de la tradition, les bas-reliefs montrent aussi l’émergence de la modernité. Car un tel contrat public offert à une femme artiste, en 1934 au Québec, s’avère exceptionnel. Alice Nolin qui, comme d’autres, réussit les études les plus avancées en art et expose régulièrement depuis plusieurs années, est l’une des deux premières femmes sculpteures professionnelles reconnues au Québec, l’autre étant Sylvia Daoust. Dans l’œuvre même s’inscrit une transformation esthétique : le traitement des bas-reliefs révèle un travail moins classique, plus moderne et libre car moins détaillé et plus rugueux. Ce qui est un choix de l’artiste puisque sa formation académique à l’École des beaux-arts de Montréal implique une grande maîtrise du dessin. Ces bas-reliefs témoignent donc de la période de transition que sont les années 1930, où la tradition artistique et architecturale en transformation, telle la conception de l’école par l’architecte Charles David, annonce la modernité. Ainsi, tant l’ensemble sculpté que la sculpteure méritent l’attention.