Filtres
i
Filtrer par lieu
Grand Montréal
Grand Montréal
Filtrer par catégorie
Choisir une catégorie
Filtrer par date
Montrer seulement
Mes favoris
Filtres
i
Filtrer par lieu
Grand Montréal
Grand Montréal
Filtres
i
{"title":"La femme-entonnoir | Art Public Montr\u00e9al","thisUrl":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/oeuvre\/la-femme-entonnoir\/","body_class":"apm_artwork-template-default single single-apm_artwork postid-63170 apm lang-fr apm-full-js nav-env-filters","query_hud":null,"active_filter":null,"alternate_language_url":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/en\/oeuvre\/la-femme-entonnoir\/","clear_filter_collection":0,"clear_filter_tour":"clear","data_attributes":{"data-view-type":"apm_artwork"},"filter_root_url":"\/collection\/","artworkNav":false,"mapMarkers":[{"id":63170,"slug":"la-femme-entonnoir","title":"La femme-entonnoir","permalink":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/oeuvre\/la-femme-entonnoir\/","year":"2017","loc":{"lat":"45.561773","long":"-73.616166"},"artist_names":"<span>Catherine<\/span> <strong>Sylvain<\/strong>","thumb":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/wp-content\/uploads\/2017\/04\/C_Sylvain_Entonnoir-150x150.jpg","infoBox":false,"cat_color":"#e50f09","env":"outdoor","singleArtwork":true}]}
La femme-entonnoir
2017
Catherine Sylvain

Artiste multidisciplinaire, Catherine Sylvain réalise des œuvres marquées par un questionnement sur notre rapport au monde. Point d’origine s’ajoute à deux projets d’intégration des arts à l’architecture : l’un pour l’école primaire des Grands-Vents, à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, l’autre pour le Centre sportif régional de Memphrémagog, à Magog. On a pu voir son travail dans plusieurs expositions personnelles, notamment à la Galerie Horace à Sherbrooke (2006), à Expression, Centre d’exposition de Saint-Hyacinthe (2005) et au Centre d’exposition CIRCA, à Montréal (2004). Elle a également présenté ses œuvres dans des expositions collectives, notamment à la Biennale de Liverpool (2010) et au Musée national des beaux-arts du Québec (2008). Formée à l’Université Laval (B. arts plastiques, 1999), puis à l’Université Concordia (M.F.A, 2003), Catherine Sylvain enseigne aussi les arts visuels au Cégep de Saint-Hyacinthe.

Lire la suite
Détails
Catégorie
Sculpture
Propriétaire
Cirque du Soleil
Mode d'acquisition
Achat
Matériaux
acier inoxydable, béton armé
Dimensions générales
2,80 x 2,40 x 1,70 m
Emplacement
Emplacement
Arrondissement ou ville liée
Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension
Emplacement
Siège social du Cirque du Soleil
Adresse
8400, 2e avenue, Montréal H1Z 4M6

Description de l'oeuvre

Sous forme d’objet-sculpture, Catherine Sylvain a créé un immense entonnoir sous lequel sa silhouette est coulée à même une dalle de béton. La femme-entonnoir est présentée pour la première fois à l’occasion de la triennale de la relève québécoise en arts sous le nom de « L’art qui fait boom » (2e édition en 2003). Sous forme de performance, l’artiste étant couchée de tout son long, l’oreille placée à la hauteur de l’extrémité de l’entonnoir pour « laisser les mille bruits du monde se faire une place en nous et nous construire ». En son absence, les spectateurs étaient invités à faire de même et ainsi explorer une autre façon d’entrer en relation avec le monde où l’auditif est aussi important que le visuel. De plus, le rapport d’échelle gigantesque entre l’œuvre et l’humain confronte le spectateur et lui rappelle sa place dans le monde. En ce sens, La femme-entonnoir est une œuvre qui nous pousse à dépasser nos craintes d’échanger, d’interagir et de communier avec les autres individus. Pour Catherine Sylvain, l’identité humaine se définit par les relations que l’on entretient avec les autres et avec notre environnement. Ainsi, en créant des installations ou des objets-sculptures qui utilisent et mettent en scène le corps, l’artiste cherche à définir l’être humain afin d’engendrer un questionnement sur notre manière de nous approprier l’espace et d’y inscrire notre identité.

Touché par son propos, le Cirque du Soleil se porte acquéreur de l’œuvre en 2003 et l’installe sur le terrain de son siège social dans le quartier Saint-Michel. En 2016, sous la direction de l’artiste, une nouvelle édition est produite avec des matériaux plus durables afin d’assurer une meilleure pérennité.