Filtres
i
Filtrer par lieu
Grand Montréal
Grand Montréal
Filtrer par catégorie
Choisir une catégorie
Filtrer par date
Montrer seulement
Mes favoris
Filtres
i
Filtrer par lieu
Grand Montréal
Grand Montréal
Filtres
i
{"title":"Murale | Art Public Montr\u00e9al","thisUrl":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/oeuvre\/murale\/","body_class":"apm_artwork-template-default single single-apm_artwork postid-54695 apm lang-fr apm-full-js nav-env-filters","query_hud":null,"active_filter":null,"alternate_language_url":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/en\/oeuvre\/55001\/","clear_filter_collection":0,"clear_filter_tour":"clear","data_attributes":{"data-view-type":"apm_artwork"},"filter_root_url":"\/collection\/","artworkNav":false,"mapMarkers":[{"id":54695,"slug":"murale","title":"Murale","permalink":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/oeuvre\/murale\/","year":"1966","loc":{"lat":"45.49969211058641","long":"-73.61708879470825"},"artist_names":"<span>G\u00e9rald<\/span> <strong>Zahnd<\/strong>","thumb":"https:\/\/artpublicmontreal.ca\/wp-content\/uploads\/2015\/09\/UdeM_ZAHND_1-150x150.jpg","infoBox":false,"cat_color":"#e50f09","env":"indoor","singleArtwork":true}]}
Murale
1966
Gérald Zahnd

Né à Vevey (Suisse), Gérald Zahnd est un artiste multidisciplinaire – affichiste, céramiste, designer, dessinateur, muraliste et peintre. Il étudie à l’École des beaux-arts de Lausanne et à l’École suisse de céramique Chavanne Renens. Sa carrière professionnelle débute en Europe où il crée ses premières affiches et participe à plusieurs expositions, notamment au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne en 1962.
Zahnd arrive à Montréal au début des années 60. Il collabore étroitement avec des architectes dans la conception d’œuvres d’art intégrées à des édifices publics dans la métropole et en région. Le programme d’intégration mis en place par le gouvernement québécois en est à ses débuts. Les architectes choisissent leurs collaborateurs. L’artiste intervient dans des édifices publics, des églises et des stations de métro. Abstraites, ses œuvres mettent l’accent sur les formes géométriques et les couleurs.
Les années 70 sont fertiles. Ses affiches se démarquent par leur minimalisme, leur grande efficacité visuelle et, souvent, leur humour. De 1968 à 1970, l’artiste travaille pour le Théâtre d’Aujourd’hui, de 1973 à 1980, pour le Théâtre du Nouveau Monde et de 1975 au 1978, pour le Théâtre populaire du Québec. Il a aussi travaillé pour le Théâtre du Rideau Vert de 1967 à 1980. Il a notamment réalisé l’affiche des Belles-Sœurs en 1971 et de La Sagouine en 1973.
Dans les années 1987-1988, l’artiste se consacre à la peinture. Il participe régulièrement à des expositions de groupe. Il aime surprendre, expérimenter pour ne pas se répéter. II ne se limite pas à un seul médium. Dans ses tableaux, il a recours au collage, mettant notamment en question les images de la femme empruntées au monde de la culture de masse. Les formes sont parfois géométriques, près des plasticiens ou même de l’abstraction lyrique. Les couleurs sont recherchées, parfois sobres, parfois lumineuses.

Lire la suite
Détails
Catégorie
Sculpture
Propriétaire
Université de Montreal
Mode d'acquisition
Achat
Mention de la source
Achat en 1980
Matériaux
métal, peinture
Dimensions générales
129 x 410 cm
Technique(s)
assemblé, peint
Lien externe
Emplacement
Emplacement
Arrondissement ou ville liée
Outremont
Emplacement
Garage Louis-Collin (attenant au Pavillon Lionel-Groulx)
Localisation
Corridor couvert reliant le Garage Louis-Colin au Pavillon Lionel-Groulx, niveau 4
Adresse
5255, av. Louis-Colin, Montréal, QC H3T 1N8

Description de l'oeuvre

Au détour du corridor reliant le garage aux pavillons avoisinants, l’œuvre surprend et illumine l’espace. Elle se situe dans la lignée du courant pictural de l’abstraction géométrique avec ses couleurs en aplat où le noir est éclairé par du bleu, du rouge, du blanc et du jaune. On peut aussi rattacher cette œuvre au mouvement De Stijl (en néerlandais « le style »).
Les formes géométriques en métal plié, parfois juxtaposées, parfois légèrement espacées, lui donnent du volume. L’œuvre se détache bien des cannelures du mur de béton brut et des lattes en bois du plafond. Le titre neutre de l’œuvre renvoie à une signification uniquement formelle. La résistance des matériaux choisis démontre le souci de l’artiste de s’adapter aux contraintes de durée et de résistance nécessaire aux œuvres intégrées à l’architecture.
À son arrivée au Québec, Gérald Zahnd travaille dans les ateliers Claude Théberge. Ces ateliers réunissent des artistes de plusieurs horizons qui partagent un espace de travail. Il y règne un esprit de collaboration rappelant un peu celui du Bauhaus. C’est très certainement à cause du travail de Zahnd dans ces ateliers que la murale a longtemps été attribuée à Claude Théberge.
On ignore quand l’œuvre a été déménagée pour être installée dans cette section du garage Louis-Colin. Compte tenu de la date de réalisation, se pourrait-il qu’elle ait été réalisée au moment de la construction du pavillon Claire-McNicoll ? A-t-elle été déménagée lors d’une modification de l’édifice ? Difficile de le savoir, l’artiste ayant oublié le contexte de réalisation.